« Blue in Green », Paul Lay rend hommage à Bill Evans

« Blue in Green », Paul Lay rend hommage à Bill Evans

Dans la grande tradition

Avec le superbe « Blue in Green », Paul Lay rend hommage à Bill Evans. Sur ce premier opus de la série Jazz de Scala Music, le pianiste revisite certaines compositions de Bill Evans et de grands standards de jazz. Enregistré live en trio avec le contrebassiste Clemens Van der Feen et la batteur Dré Pallemaerts, l’album s’inscrit dans la grande tradition du trio jazz piano-contrebasse-batterie.

couverture de l'album Blue in Green de Paul Lay TrioEnregistré live à La Piccola Scala en février 2022, « Blue in Green » est premier disque de jazz du label Scala Music.

Sur les sept pistes de l’album, Paul Lay et son trio, Clemens Van der Feen (contrebasse) et Dré Pallemaerts (batterie) revisitent cinq compositions de Bill Evans, Blue in Green, Funkarello, Interplay, Peri’s Scope The two lonely people et Funkarello, ainsi que deux grands standards de jazz dont Bill Evans fut l’interprète de référence, Alice in wonderland de Sammy Fain et Minority de Gigy Grice.

Paul Lay

Depuis une dizaine d’années, Paul Lay enchaîne les prix prestigieux, Prix de Soliste du Concours de la Défense, Concours de Piano-Jazz de Moscou, Concours Martial Solal, Concours de Montreux, Prix Django Reinhardt du meilleur artiste de jazz français décerné par l’Académie du jazz en 2015, Prix de l’Académie Charles Cros en 2016 avec son deuxième album « Mikado » et titre d’Artiste Instrumental de l’année aux Victoires du jazz en 2020.

En 2015, il crée pour la Folle Journée de Nantes « Billie Holiday, passionnément », performance vidéo-musicale aux côtés du vidéaste Olivier Garouste. Sideman très recherché il a intégré les groupes de Riccardo Del Fra, Géraldine Laurent, Eric le Lann, et Ping Machine.

En 2017, il sort le double-album « The Party » avec Dre Pallemaerts et Clemens Van Der Feen et « Alcazar Memories » avec Isabel Sorling (voix) et Simon Tailleu (contrebasse), deux trios singuliers qui joueront plus de 70 concerts aux quatre coins du monde.

À la fin de l’année 2018, Paul sort l’album « Thanks a Million«  en duo aux côtés du trompettiste Eric le Lann, pour un vibrant hommage à Louis Armstrong. En 2018, il obtient le soutien de la Fondation BNP Paribas pour le développement de sa carrière.

Paul Lay, Clemens Van Der Feen, Dré PallemærtsL’album « Deep Rivers » avec Isabel Sörling et Simon Tailleu paraît en janvier 2020 et reçoit un très bel accueil. Le trio se produit pour une cinquantaine de concerts en 2020-2021. En juin 2021, avec le label Gazebo, Paul Lay sort son premier disque en piano-solo, « Full Solo », consacré à des relectures originales et singulières de Beethoven.

En septembre 2022, Paul Lay intègre l’équipe pédagogique du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en tant que professeur de piano jazz.

Le 23 février 2022, Paul Lay , Clemens Van der Feen et Dré Pallemaerts enregistrent « Blue In Green - Tribute to Bill Evans » sorti le 02 décembre 2022 sous le label Scala Music

« La pandémie nous a privés de scène avec Dré et Clemens durant plus de deux ans. Lorsque l’équipe de La Scala m’a proposé cette résidence à La Scala Paris avec trois concerts au cours du printemps 2022, j’ai saisi cette occasion pour nous réunir. Ce trio existe depuis presque dix ans, avec la production de deux disques (Mikado, 2014 et The Party, 2017) ; nous y jouions principalement mes compositions. » Paul Lay

Au fil des titres

En ouverture de l’album « Blue in Green », le trio Lay - Van der Feen - Pallemaerts se réapproprie de manière singulière la composition du saxophoniste altiste Gigi Gryce, Minority. Groove frénétique, figures rythmiques diversifiées, le pianiste se dépasse littéralement. La mélodie est sublimée dès les premières mesures. De sa main gauche au jeu allégé, il assure le rythme et l’harmonie et ponctue la ligne mélodique qu’il développe de la main droite avec une virtuosité éblouissante et une aisance déconcertante. Il est porté par le jeu fluide et profond de la contrebasse et les rythmes sans cesse renouvelés de la batterie

Plus loin Paul Lay entame la composition de Sammy Fain, Alice in Wonderland, à la manière d’une ritournelle avant d’en exposer la mélodie. Toucher limpide, jeu pondéré, nuances et douceur caractérisent l’interprétation de cette valse qui n’en finit pas de tourner.

Les cinq autres plages de l’album consistent en des reprises de compositions de Bill Evans.

En premier lieu, le trio interprète Interplay, enregistré par Bill Evans en 1962 sur le label Riverside Records sur l’album au titre éponyme. Après un court solo de la contrebasse souple et agile, le pianiste transcende l’esprit du blues. Articulation très détachée de chaque note, grande sensibilité, forte expressivité, luminosité du son. Le répertoire se poursuit avec Blue in Green. Sur cette ballade à l’atmosphère mélancolique, chaque note du piano résonne comme une perle de cristal. Paul Lay insuffle une flamme sereine à son jeu qui entretient un swing subtilement étiré. Le contrebassiste se saisit de l’archet pour son solo et le morceau prend alors l’allure d’une musique chambriste proche de la grâce.

Plus loin, le trio fait un clin d’œil à Peri’s Scope, composition enregistrée par Bill Evans en 1959 sur l’album « Portrait in Jazz ». Le titre met en évidence la complicité qui unit les trois musiciens. Piano flamboyant, colorations harmoniques exquises. Dans son solo, le batteur découpe le tempo ternaire en vagues sonores et de son tempo immuable et solide, galvanise le pianiste dont la main droite enflamme les touches de son ardeur. Changement d’ambiance avec The Two Lonely People. Le piano entame une longue coda qui enchante par sa délicate pointe de mélancolie. Il tisse ensuite la mélodie avec un lyrisme jarrettien. Son jeu souple et raffiné génère une sensation quasi extatique, presque… hypnotique, du jazz impressionniste ?!

Sur Funkallero, le dernier titre de l’album, les musiciens font écho à la version proposée sur « The Bill Evans Album » paru en 1971. Après l’exposition du thème, la contrebasse éblouit par une improvisation brillante et mélodique en diable. La main gauche saute de note en note et exécute avec vélocité les lignes mélodiques dans la pure tradition post-bop. Le piano enchaîne avec un solo riche en contrastes et gorgé de swing et d’humour. Les citations se bousculent, les notes aiguës et les graves se répondent à qui mieux mieux. Parler de « maîtrise » semble tout à fait de mise. Un régal absolu.

« L’Océan Sonore » de Catali Antonini

« L’Océan Sonore » de Catali Antonini

Pour son septième album en tant que leader, Catali Antonini invite à plonger avec elle dans « L’Océan Sonore ». A la tête d’un quartet qui réunit à ses côtés le pianiste Stéphane Pelegri, le bassiste Greg Théveniau et le batteur Hervé Humbert, la chanteuse s’exprime tour à tour en français, italien ou anglais. Rêverie aquatique en eaux tour à tour sensibles et énergiques.

lire plus
Un label est né… « Paradis Improvisé »

Un label est né… « Paradis Improvisé »

Entre avril 2021 et octobre 2022, quatorze pianistes ont enregistré en solo quatorze albums inédits sur le Steinway d’Hélène Dumez, dans l’intimité d’un appartement de Marseille, rue Paradis. Ainsi, un nouveau label est né… « Paradis Improvisé ». La parution des albums est prévue par paire, tous les deux mois, d’octobre 2022 à novembre 2023. En 2022, sont sortis en octobre ceux Pierre de Bethmann et Leonardo Montana et en décembre ceux de Baptiste Trotignon et Laurent Coulondre.

lire plus
2022… Ultimes « Coups de cœur » #2

2022… Ultimes « Coups de cœur » #2

En cette fin d’année 2022, quelques albums de jazz interpellent tant par la qualité de leur propos que par leur identité singulière. Impossible de passer sous silence ces quatre Ultimes « Coups de cœur » #2, des musiques à écouter sans tarder pour découvrir de superbes paysages musicaux et bien terminer l’année.

lire plus
Share This