« Back to heaven – Led Zeppelin/Chapter Two »

« Back to heaven – Led Zeppelin/Chapter Two »

L’Orchestre Franck Tortiller sur les traces de Led Zep’

« Back to heaven - Led Zeppelin/Chapter Two » (MCO/Socadisc - Believe) marque le retour de Franck Tortiller et de son Orchestre dans l’univers de Led Zeppelin. L’album ré-explore la musique de ce groupe mythique qui a fasciné le vibraphoniste, chef d’orchestre, compositeur et arrangeur. Les transpositions jazz du répertoire rock de Led Zep’ magnifient l’œuvre originale dont elle sait se démarquer. Accents orchestraux explosifs, cuivres énergiques, solos fougueux. Un opus brillant et captivant, moderne et élégant.

A la tête de son octet, Franck Tortiller donne avec « Back to heaven - Led Zeppelin/chapter Two » une suite à « Close to Heaven » (2006), album enregistré lorsqu’il était à la tête de l’Orchestre National de Jazz (ONJ).

Couverture de l'album Back to Heaven - Led Zeppelin-chapter Two par l'Orchestre de Franck TorttillerA la tête de l’Orchestre Franck Tortiller, il explore de nouveau le legs de Led Zeppelin. Rien d’académique et la fraîcheur du neuf ! Ça joue, ça souffle, ça frappe, ça sonne, ça chante, ça bouscule, ça invente, ça crée !

Du Led Zep’ Jazz qui pourrait devenir un répertoire de référence dans l’histoire du jazz orchestral. Les sons débordent d’énergie et colorent de nouvelles nuances la musique de Led Zeppelin tout en respectant l’esprit des compositions originales. Rien d’académique, pas de conservatisme, juste (peut-être) un peu de nostalgie et surtout, surtout… de l’innovation.

Ainsi sur « Back to heaven - Led Zeppelin/Chapter Two » (MCO/Socadisc-Believe) sorti le 11 mars 2022, Franck Tortiller propose neuf relectures, véritables déconstructions et recréations de titres de Jimmy Page, Robert Plant, John Paul Jones et John Bonham. Aux thèmes issus de sept des neuf albums studio publiés entre 1969 et 1979 par Led Zeppelin, il ajoute sa composition Moby and Moby, inspirée par un titre du deuxième album du célèbre groupe.

Les superbes arrangements accordent une place essentielle à l’expression des cuivres. L’Orchestre Franck Tortiller transforme les hits rock en standards de jazz orchestral. Accents hip-hop et syncopes énergiques modernisent les hymnes du groupe légendaire sans les trahir. Groove et énergie cohabitent avec nostalgie et liberté sur « Back to heaven - Led Zeppelin/Chapter Two ».

Franck Tortiller

De ses débuts à l’ONJ

Après des études de percussions classiques au Conservatoire de Dijon, puis au Conservatoire National Supérieur de Paris couronnées avec succès par l’obtention du Premier Prix de Percussion à l’unanimité, du Premier Prix d’Analyse musicale et du Certificat d’Aptitude en percussions, le natif de Bourgogne se dirige vers le jazz et remporte en 1989 le Premier Prix de soliste et le Premier Prix d’Orchestre à l’occasion du Concours National de Jazz de La Défense (Paris).

Il joue avec de nombreux musiciens internationaux de jazz de premier plan (Mike Manieri, Dave Samuels, Steve Swallow…) puis, dans les années 90, intègre le « Vienna Art Orchestra » de Mathias Rüegg avec qui il tourne et enregistre.

En 2005, Franck Tortiller est nommé Directeur de l’ONJ. Il compose, dirige et joue dans cet orchestre qui reçoit le Django d’Or du meilleur spectacle. Avec sa formation jazz, il donne plis de 200 concerts dont le programme est consacré à « Close to Heaven » et à la musique de Led Zeppelin dont il respecte l’esprit pop-rock des années 70.

Après l’ONJ

En 2008, à sa sortie de l’ONJ, son orchestre est conventionné par le Ministère de la Culture. Depuis, il partage sa carrière entre des activités de soliste, de compositeur et de leader de formations.

Soliste

Comme soliste, il est amené à se produire dans les plus grandes salles de concert comme soliste invité par de prestigieux orchestre tels le Basel Sinfonietta, l’Orchestre symphonique de Ulm, l’orchestre de Mannheim, l’orchestre PasdeLoup, l’Orchestre Provence Alpes Côtes d’Azur (à Cannes), l’Orchestre des Pays de Savoie (Annecy), l’Orchestre de Chambre d’Auvergne ou encore le Quatuor Debussy.

Compositeur

En tant que compositeur, il est sollicité et reçoit commandes d’écriture pour les percussions de Strasbourg, le quatuor Debussy, les big band de Luzern, de la Denver university, et du WAYJO de Perth en Australie. Durant trois années, Franck Tortiller est « artiste résident » du festival Jazz sous les Pommiers à Coutances. S’ensuivront d’autres résidences dont celle de quatre ans à la Scène Nationale de Sceaux, Les Gémeaux.

Leader de formations Jazz

Franck Tortiller®Didier Ferry

Franck Tortiller®Didier Ferry

Chaque année (ou presque) voit la sortie d’un album avec son Orchestre ou en petite formation.

En 2012, paraît « Janis the pearl », un album consacré à la relecture du répertoire pop de la chanteuse. En 2014, il enregistre un album solo, « La leçon des Jours » et en 2015 sort le lyrique « Singing Fellows » avec le saxophoniste François Corneloup. En 2016, est publié l’album « Rhapsody in Paris », une œuvre orchestrale enregistrée en trio avec l’Orchestre Pasdeloup et crée à la Philharmonie de Paris.

Avec la jeune génération de musiciens de jazz, Franck Tortiller remonte son Orchestre avec lequel ils sort en 2018 un premier album « Collectiv » suivi en 2019 de « Shut up’n sing yer Zappa » dans lequel il renoue avec l’adaptation du répertoire des années 70. En parallèle, il consacre une création ambitieuse au poète Mahmoud Darwich, en collaboration avec Elias Sanbar qui sera créée à la Scène Nationale du Havre et reprise à la Philharmonie de Paris.

En 2020, retour à un album plus intimiste gravé en duo avec le guitariste Misja Fitzgerald-Michel, « Les heures propices » alors que 2021 marque la naissance de « Jazztronics X-Perience » une formation qui regroupe jeunes musicien.ne.s et musiciens expérimentés dans un programme qui allie le jazz à l’électronique.

2022 marque le retour de Franck Tortiller dans le monde musical de Led Zeppelin avec l’album « Back to heaven - Led Zeppelin/chapter Two » (MCO/Socadisc - Believe).

« Back to heaven - Led Zeppelin/chapter Two »

En neuf albums seulement, Led Zeppelin a bouleversé le monde du rock. Cette période a fasciné Franck Tortiller, « tant par son énergie créatrice que sa propension a renverser les certitudes des sociétés d’après-guerre ».

« Inventer, créer, bousculer, penser la vie autrement et surtout l’écouter autrement, voici ce que Led Zeppelin nous a légué. Et nous revoilà, 15 ans après, a ré explorer cet univers fascinant, à se replonger dans ces sons, ces riffs, ces grooves, et surtout cette idée que la musique peut être libre, sans préjugé et sans dogme. Cet hommage à l’univers de Led Zeppelin ne se résume pas aux clins d’œil épars ou aux citations convenues. Nous allons nous immerger dans un son, une idée de musique qui peut être jouée aussi par des claviers, des cuivres, par des musiciens de jazz. Quoique jazz mais pas que… » Franck Tortiller

Tous signés par le leader, les arrangements magnifient les neufs titres originaux de Led Zep’ et la composition de Franck Tortiller, Moby and Moby. « Back to heaven - Led Zeppelin/chapter Two » a été enregistré par Ludovic Lanen au studio Soult et mixé par Mohammad Sadeghin au studio Ludo.

Orchestre Franck Tortiller©Jacques Tamee

Orchestre Franck Tortiller©Jacques Tamee

Avec ses fidèles compagnons de route, Patrice Héral à la batterie, percussions, voix et électronic et Joël Chausse à la trompette, buggle, cornet à pistons et trompette piccolo, Franck Tortiller accueille dans son Orchestre des musicien.ne.s de la nouvelle génération, Maxime Berton aux saxophones ténor et soprano, Jérôme Arrighi à la basse et Matthieu Vial-Collet à la guitare et voix, avec laquelle il est associé depuis quelques années, Olga Amelchenko saxophones alto et soprano et Gabrielle Rachel Barbier-Hayward au trombone. Seul Patrice Héral a participé à l’enregistrement des deux albums « Close to Heaven » et de « Back to heaven - Led Zeppelin/Chapter Two ».

De bout en bout des plages, l’alchimie entre les membres du groupe est parfaite.

Au fil des pistes

En ouverture de l’album, l’orchestre revisite Achilles Last Stand, la chanson de Jimmy Page et Robert Plan gravée sur l’album « Presence » (1976). Exposé par un orchestre aux sonorités rutilantes, le thème est développé sur un tempo rapide. Le solo aux allures funk du saxophone ténor est suivi d’un chorus incisif de l’alto auquel répond la trompette plus feutrée. Les onomatopées du scat de Patrice Héral déchirent la masse orchestrale et ouvrent l’espace à une envolée sauvage de la guitare saturée.

Après une introduction aérienne du vibraphone puis une exposition en fugue des soufflants sur Going to California, le chant sensible de Matthieu Vial-Collet expose le thème de la chanson parue sur « Led Zeppelin IV » (1971). Une pièce aux allures folk imprégnée d’une douce mélancolie qui flirte avec un romantisme un rien nostalgique. Citations et changements harmoniques bousculent et épicent le morceau.

Plus loin, au-dessus de la ligne de basse, l’alto déverses des glissandos et des sonorité atonales sur le début de Dazed And Confused, composition revendiquée par Jake Holmes puis repris par Jimmy Page. Après le solo rugissant de la basse, l’ambiance du morceau se fait psychédélique avec un deuxième mouvement où intervient la guitare incendiaire sur un battement presque hard rock. Un dialogue soprano/vibraphone boucle le titre avec délicatesse.

Sur The Battle of Evermore, paru en 1971 sur « Led Zeppelin IV », le soprano voltige sur un riff tenu par les percussions, la basse et le vibraphone. Le morceau plutôt folk dans sa version originale évolue ici vers une atmosphère aux accents orientaux. C’est ensuite le vibraphone qui expose avec délicatesse et limpidité le thème de All My Love enregistré sur l’album « In Through the Out Door » de Led Zeppelin sorti en 1979. Après un solo sans esbroufe du vibraphone, la trompette fait retentir une sonorité proche de celle des orchestres classiques. Cet hymne qui a bercé la jeunesse des années 80 déroule ensuite un déchaînement collectif de sonorités colorées pour se terminer en douceur.

Changement d’ambiance avec The Crunge paru à l’origine sur l’album « Houses of the Holy » (1973). L’orchestre adopte un style funk que James Brown n’aurait pas renié. Le solo de trombone varie entre douceur et force puis la guitare fougueuse enflamme l’atmosphère qui devient urbaine avec l’intervention de la voix aux accents hip-hop très syncopés de Patrice Héral.

Après 30 secondes d’introduction, le saxophone ténor livre un solo décoiffant d’énergie sur Nobody’s Fault but Mine enregistré par Led Zep’ sur « Presence » (1976). Le jeu hard-bop du saxophoniste fait entendre déflagrations et sonorités extravagantes sur une séquence jazz que développe la section rythmique menée avec brio par la batterie et la basse. Le vibraphone apaise le mouvement et le morceau termine dans une douce quiétude. La même sérénité habite Ten Years Gone sur lequel le vibraphone étincelle de notes étoilées soutenues par une basse attentive et une batterie assagie. Cette chanson parue en 1975 sur « Physical Graffiti » se pare de sonorités où alternent obscurité et clarté, ombre et lumière.

Après l’introduction incantatoire et orientale de Immigrant Song, l’Orchestre déconstruit avec superbe ce titre publié en 1970 sur le troisième album de Led Zeppelin. En résonance avec le temps présent, le titre permet d’apprécier de nouveau le scat de Patrice Héral. La richesse des arrangements propulse l’Orchestre vers de vertigineuses ascensions où le chant de la guitare évoque l’univers de Franck Zappa.

L’album se conclut avec Moby and Moby sur lequel vibraphone et soufflants swinguent de manière magistrale. Inspiré de Moby Dick enregistré sur l’album « Led Zeppelin II » (1969), ce titre vibre d’un punch musical magistral et décoiffant.

Pour écouter live l’Orchestre Franck Tortiller et le répertoire de « Back to heaven - Led Zeppelin/chapter Two », rendez-vous le 28 mai 2022 à Fort Barraux dans le cadre de Jazz à Barraux et aussi le 08 juillet 2022 à Couches dans le cadre de Jazz à Couches. Toutes les dates des concerts et plus encore sur le site de Franck Tortiller.

Louis Matute, Prix Evidence de l’Académie du Jazz

Louis Matute, Prix Evidence de l’Académie du Jazz

En 2022, l’Académie du Jazz crée un nouveau prix, le Prix Évidence. Le premier lauréat est le guitariste suisse Louis Matute à la tête de son « Large Ensemble » pour son troisième album « Our Follklore ». Par cette récompense, l’institution honore le nouvel enregistrement d’un(e) artiste ou d’un groupe en développement « qui se singularise par sa charge créative, sa qualité d’exécution et sa musicalité ». Belle reconnaissance institutionnelle pour cet album élégant, coloré et lyrique.

lire plus
David Bressat signe « Constellation »

David Bressat signe « Constellation »

Avec « Constellation », le pianiste et compositeur David Bressat signe son troisième album live. Enregistré en février 2022 dans six clubs emblématiques, entre région Auvergne-Rhône-Alpes et région Bourgogne-Franche-Comté, l’opus présente neuf compositions originales. Une musique colorée, un album énergique et vivifiant !

lire plus
Leïla Olivesi signe « Astral »

Leïla Olivesi signe « Astral »

Avec « Astral », la pianiste et compositrice Leïla Olivesi signe son sixième album. Entourée des meilleurs musiciens de sa génération, elle propose un jazz acoustique, lumineux et poétique. Entre tradition et modernité, cet opus regarde vers les étoiles et projette la musique loin de la gravité terrestre.

lire plus
Share This