Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Promenade urbaine fougueuse et élégante

Après « All in » et « Playing in the Dark », Adrien Chicot est de retour avec « City Walk ». Fidèle à ses complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean- Pierre Arnaud, le pianiste propose un album d’une fougue et d’une élégance rares. La musique moderne, fluide et rythmique évoque avec justesse les atmosphères urbaines.

Annoncé pour le 16 novembre 2018,  la sortie de « City walk » (Gaya Music Production/L’Autre Distribution) a de quoi réjouir les amateurs de jazz. En effet, le troisième album du pianiste Adrien Chicot est l’occasion de le retrouver avec ses fidèles complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean-Pierre Arnaud. On ne s’en plaint vraiment pas d’ailleurs, car il serait dommage de changer l’équipe de rêve qui a gravé « All in » en 2014 et « Playing in the Dark » en 2017.

L’album « City Walk » parcourt les cités d’une foulée élégante, fluide et fougueuse. Dans la grande tradition des trios jazz piano-contrebasse-batterie celui d’Adrien Chicot tutoie le swing de bout en bout des neuf plages de l’album.

« City Walk »

couverture de l'album City Walk du pianiste Adrien ChicotSur « City Walk », enregistré par Philippe Gaillot et Lucas Debieve au Studio Recall en juin 2018, Adrien Chicot assume la totalité des compositions et des arrangements.

Avec ses deux compères Sylvain Romano et Jean-Pierre Arnaud, il s’attache à explorer toutes les dimensions de la musique. De riches climats harmoniques accueillent les mélodies qui se déroulent avec bonheur au fil des morceaux. La dimension pulsatile prégnante est portée par une section rythmique attentive et réactive, toujours en totale connivence avec le leader. Le trio tourne comme un seul homme !

Bop et hard-bop n’ont plus de secret pour le pianiste mais il renouvelle sans cesse son inspiration. Rythmicien hors pair, il oriente son propos vers des contrées poétiques et sensibles. Son imagination féconde lui insuffle des dépaysements pianistiques qui lui font retrouver les territoires de certains de ses aînés (Monk, Ellington Corea, McCoy Tyner …).

Au fil des cités

Propulsée par le trio soudé et alerte, la musique de « City Walk » vit et respire. Fluide, aérienne et énergique elle se pare de couleurs multiples au long des neuf pistes de l’album.

On se réjouit du swing fluide et virevoltant de Bogota dont les allures bop procurent un bain de jouvence. On attend avec délice lundi prochain pour retrouver l’atmosphère alerte et lumineuse de See You Monday et l’improvisation légère et limpide du pianiste. Après un petit clin d’oeil à Monk et un bonjour à Duke, on s’immerge dans City Walk dont le chrorus de piano fait un détour du côté d’harmonies latinisantes et denses évocatrices de Corea.

Les bruits de rue de Traffic tranchent avec la ligne poétique et sensible que le pianiste expose solo. Avec lui on flâne le nez en l’air dans la cité urbaine. Traverser la rue en valsant… sur Cross The Street, un bel exploit ! Porté par les balais souples et efficaces, la contrebasse éloquente fait entendre un son boisé et passe le relai au piano dont l’imagination et l’aisance laissent pantois.

Sur le tempo hard-bop de Caïpiroska, la rythmique insuffle son énergie au piano dont les inflexions ne sont pas sans rappeler un certain McCoy Tyner. On en redemande et Greeen Light advient à propos comme un tremplin au déchainement de la batterie sur le motif répété inlassablement par la contrebasse et le piano.

Percussive autant qu’aérienne la musique de Mosquito Hunt enthousiasme par son riche climat harmonique. Le sensible et serein Ko I Sashi enchante et termine cette promenade agréable. Véritable dentelle musicale, ce morceau apaise par ses multiples contrastes et sa douce poésie.

Sur « City Walk », on emboite le pas des musiciens. Dans la même foulée qu’eux on perçoit les bruits de la rue, on ressent le trafic ardent des cités, on saisit les atmosphères et les lumières, on devine les bars et leurs panneaux lumineux… mais par chance, point de pollution. Il est plaisant de se laisser porter par le rythme de la musique au gré d’une déambulation urbaine inventive, dynamique, fluide et élégante qui se renouvelle à chaque carrefour.

 
Pour apprécier live la musique de « City Walk », RV à 19h30 ou 21h30 le 04 décembre 2018 au Duc Des Lombards à Paris pour le concert de sortie de l’album avec Adrien Chicot (piano), Sylvain Romano (contrebasse) et Jean-Pierre Arnaud (batterie).
Clin d’œil à Shijin

Clin d’œil à Shijin

Projet international, « Shijin » réunit le bassiste Laurent David, le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, le batteur Stéphane Galland et le pianiste Malcolm Braff, quatre solistes aux styles et personnalités musicales différentes. Construite sous le signe de la liberté, la musique du quartet concentre une énergie intense que de belles mélodies mettent en cohérence.

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Sur l’album « CLAXXX », le trio du guitariste Claudio Miotti présente une musique singulière. La guitare baryton du leader s’unit aux clarinettes lyriques de Matteo Pastorino et au solide groove de la batterie de Jean-Baptiste Pinet. Entre rock rageur et jazz nuageux la musique hésite et privilégie les contrastes.

« Hymnes à l’amour » de Christophe Monniot et Didier Ithursarry

« Hymnes à l’amour » de Christophe Monniot et Didier Ithursarry

Proposé par le saxophoniste Christophe Monniot et l’accordéoniste Didier Ithursarry, l’album « Hymnes à l’amour » enchante les oreilles et réjouit les âmes. Un recueil de huit hymnes qui fleurent bon l’amour et le bonheur de jouer. Le propos musical réjouit par les propositions inventives de ces deux poètes de la musique libre.

Share This