« A Vaulx Jazz#30 » annonce sa programmation

« A Vaulx Jazz#30 » annonce sa programmation

30 ans de Jazz, ça se fête du 06 au 25 mars 2017 !

Trente ans, c’est l’âge de la maturité pour un festival de jazz. « A Vaulx Jazz#30 » fête cet anniversaire avec une programmation tonique, actuelle et ouverte. Le « Hors les Murs » fait résonner les accents du jazz sur tout le territoire vaudais. Le Centre Culturel Communal Charlie Chaplin propose des concerts avec des artistes de niveau international. L’esprit du Jazz demeure entier.

Le 31 janvier 2017, le Maire de Vaulx-en-Velin, Pierre Dussurgey et l’adjointe au maire déléguée à la Culture, Nadia Lakehal ouvrent la séance de présentation à la presse du trentième festival « A Vaulx Jazz », avec un hommage à Gilbert Chambouvet, le fondateur du festival et à son successeur Thierry Serrano qui a poursuivi le projet. L’équipe municipale affirme son attachement au festival qui décline ses offres en direction des amateurs férus de jazz mais aussi sur tout le territoire vaudais pour sensibiliser au jazz les citoyens de la commune de Vaulx-en-Velin.

En effet, avec le « Hors les Murs » et la programmation des concerts au « Centre Culturel Communal Charlie Chaplin » (CCCCC), « A Vaulx Jazz#30 » touche largement les amateurs de jazz mais aussi les habitants de Vaulx-en-Velin . Il est vrai que depuis l’origine, c’est le credo des organisateurs du festival que d’implanter « A Vaulx Jazz » sur tout le territoire vaudais et de s’adresser à une très large public de non-initiés, exerçant ainsi une mission pédagogique d’initiation à cette musique qui s’appelle Jazz, musique qui est loin d’être réservée à des initiés en déplaise à ceux qui le penseraient encore.

Charlène Mercier, responsable pour le deuxième année de la programmation du festival annonce avec force que pour cette trentième édition, elle souhaite avec son équipe donner un nouveau souffle au festival qui est supposé devenir biennal. Vis à vis de cette hypothèse, les élus municipaux ne se sont pas prononcé, au prétexte du contexte électoral à venir et des réductions redoutées des subventions.

Charlène Mercier rappelle que le festival « A Vaulx Jazz#30 » reste fidèle à ses fondements tels que Gilbert Chambouvet les définissait à l’origine.

Le jazz comme musique fédératrice qui permet des croisements, des rencontres et tend des passerelles vers d’autres esthétiques loin des frontières strictes du jazz. Passerelles en direction des musiques traditionnelles, électro, rock, rap, pop. C’est bien ce que fait le « Hors les Murs » mais aussi les concerts du CCCCC qui cultivent aussi cette dynamique.

Le jazz comme soutien à la création et soutien à l’émergence artistique avec de nouveaux projets et des créations qui seront proposés au CCCCC et dans le « Hors les Murs ».

Le jazz comme musique engagée en direction des minorités, comme musique de résistance contre l’exploitation humaine sous toutes ses formes.

Le jazz pour présenter aussi les grands noms du jazz connus et aimés du public. Le jazz qui demeure fidèle aux histoires engagées avec des musiciens depuis le début de l’aventure.

Si la nouvelle équipe du festival demeure impliquée dans les valeurs des origines, elle affiche la volonté de créer une nouvelle identité qui passe par un changement d’esthétique. En effet, éloignée de celle de Bruno Théry, la nouvelle ligne graphique créée par Vincent Delpeux et Pierre Raine, marque explicitement la volonté de « casser les codes ». Les oscillations, les fréquences des affiches et du logo évoquent la dimension musicale du festival. La main se tend et s’ouvre et annonce encore plus fort la volonté d’ouvrir « A Vaulx Jazz » à d’autres publics.

En 2017, le « Hors du les « Murs » assume encore sa vocation d’ouverture vers un large public et investit différents lieux. Le 09 mars sur l’Esplanade J. Duclos, le désormais incontournable « Jazz au coin du feu » avec cette année la Fanfare Fenlair et Sopaloca. Le 18 mars à bibliothèque Pérec avec le projet « Perce Plafond » les spectateurs vont vivre allongés la création du pianiste Antoine Berland et de la plasticienne Lison De Ridder. Le 23 mars au Planétarium un solo de « Bouche Amplifiée » est proposé par Antoine Mermet. Le 14 mars à la MJC de Vaulx-en-Velin le duo Watch Dog réunit Anne Quillier et Pierre Horckmans, lauréats du Tremplin Jazz Migration organisé par l’AJC.

Le « Hors les Murs » continue aussi ses partenariats en direction de La Métropole. Au Périscope et ses afters les vendredis à 00h avec le Lyonnais « Ar Ker » puis l’Allemand Lucas Koenig le 17 mars et avec le joyeux « Bo Bun for Ever » le 24 mars. A l’Épicerie Moderne le 08 mars avec un co-plateau hip-hop-soul-jazz qui réunit Charles X et Black Milk. A l’ENM de Villeurbanne le 07 mars avec « Amaury Faye Trio », lauréat du RéZZo FOCAL Jazz à Vienne 2016.

Sans oublier bien d’autres manifestations. Les master-class. Les expositions. Celle de la MJC avec des rétrospectives proposées par les photographes amateurs du festival. Celle de la bibliothèque Chassine centrée sur la Nouvelle-Orléans qui entre en résonance avec le « Carnaval Nouvelle Orléans » du 10 mars. L’exposition « Be Jazz! » qui présente les dessins de Lydiane Ferreri et les photos de Christophe Charpenel.

Sans oublier bien sûr le cycle Jazz et Cinéma du 03 au 13 mars au Cinéma Pathé Carré de Soie. Un biopic consacré à Ray Clarles, « Ray ». Un dessin animé avec comme prétexte un lapin pianiste, « Qui veut la peau de Roger Rabbit ». L’histoire de deux chanteuses dans le Chicago des années 20, « Chicago » et enfin la comédie musicale de Damien Chazelle « La La Land » où Ryan Gosling et Emma Stone chantent et dansent.

Les spectacles au CCCCC ouvrent le 14 mars avec le traditionnel Concert Jeune Public où l’époustouflant big-band « le Sacre du Tympan » propose un répertoire ludique centré sur les musiques de dessins animés.

Le 16 mars avec la « Soirée « Nola Spirit », le CCCCC fait un focus sur la Nouvelle-Orléans, un des berceaux du jazz. En première partie le « Zozophonic Orchestra » d’Emmanuel « Manouche » Fournier et en seconde partie de soirée le « Dirty Dozen Brass Band » qui fête ses 40 ans. La venue de cet orchestre mythique de la Nouvelle-Orléans résonne par ailleurs avec des évènements du « Hors les Murs ». L’exposition de la bibliothèque Chassine autour de cette ville phare du jazz et surtout le « Carnaval de la Nouvelle-Orléans » du 10 mars au square Casanova avec « Mardi Gro Brass Band », « Marcel Frontale » et « La Fanfare Funk ».

Pour le reste, la programmation au CCCCC se réfère aussi aux valeurs rappelées par Charlène Mercier en ouverture de sa présentation.

Le 17 mars la « Soirée Combat » présente le projet de la flutiste syrienne Naïssam Jalal avec son « Rhythms of Resistance » qui évoque la résistance du peuple syrien. Le même soir est présenté le projet « Ceramic Dog » aux sonorités rock-punk avec le trio du guitariste américain Marc Ribot qui s’insurge en musique contre le téléchargement illégal.

Le 18 mars la « Soirée Grrrlz Power » programme le groupe cosmopolite composé de « Derya Yildirim et Grup Simsek » et ses sonorités du Bosphore. C’est ensuite la force de résistance des femmes du Mali qui nourrit le spectacle des « Amazones d’Afrique » avec entre autres musiciennes, les chanteuses Mamani Keita, Kandia Kouyaté et Rokia Koné.

Le 21 mars, la « Soirée Triple salto avant » est organisée en partenariat avec le Conservatoire de Musique et de Danse de Vaulx-en-Velin. Il s’agit d’une émeute philarmonique de SEC (en grosse formation) et un groupe de cuivres et chanteurs recrutés pour jouer avec eux. Le public vivra le concert entre les deux groupes de musiciens. Durant cette même soirée on écoute le « Saint Sadrill live band » « Le Cabaret Contemporain ». La création est décidément à l’honneur.

Le 22 mars c’est la « Soirée Jazz Front ». Pour les 40 ans de l’ARFI, le Workshop de Lyon invite Jean-Luc Cappozzo. » A Vaulx Jazz » perpétue ainsi la collaboration qu’il mène depuis longtemps avec ce collectif lyonnais. La seconde partie de soirée propose une création pas encore connue du contrebassiste Avishai Cohen qui vient avec un nouveau quartet, le « Avishai Cohen’s Jazz Free ». Le festival demeure fidèle à cette star du jazz qui a déjà enflammé le CCCCC.

Le 23 mars, « A Vaulx Jazz#30 » voit grand avec la « Soirée Future Sax ». En ouverture Shabaka Hutchings qui présente le projet introspectif  « Winsdom Of Elders » avec la fine fleur des jazzmen sud-africains. Après eux, se produit la star du saxophone Steve Coleman qui vient en trio. Refusant toutes les étiquettes, ce prodigieux musicien devrait faire un tabac.

Le 24 mars, c’est la traditionnelle « Soirée Blues - De Chicago à Orlando ». Boney Fields  et Bone’s Project et Selwyn Birchwood.

« A Vaulx Jazz#30 » se termine le 25  mars avec la « Soirée - Le Verbe Haut ». D’une part le nouveau projet du rappeur et beatboxer Napoleon Maddox qui conte l’histoire de l’émancipation de ses arrière-grands-tantes sœurs siamoises et nées esclaves en 1851. Une métaphore de la vie noire aux USA. D’autre part Anthony Joseph de retour à Vaulx-en-Velin 10 ans après sa première venue. Le poète slammeur londonnien originaire de Trinidad présente son récent projet le « Caribbean Roots ».

Pour plus de détails sur le « A Vaulx Jazz#30 » qui se déroule du 06 au 25 mars 2017, rendez-vous sur le site A VaulxJazz.

Fidèle à ses valeurs, « A Vaulx Jazz#30 » présente une programmation digne d’un trentième anniversaire. Le jazz dans toutes ses dimensions, les musiques d’hier qui engendrent celles d’aujourd’hui avec le respect de cet ancrage dans la résistance aux oppressions, avec cette liberté qui lui est propre et cette ouverture vers toutes les musiques sans distinction de genre. Bref l’esprit du JAZZ dans son entièreté.

« Warm Canto », le monde imaginaire de Leïla Martial

« Warm Canto », le monde imaginaire de Leïla Martial

Après « Babel », Leïla Martial et Baa Box s’aventurent au carrefour de tous les possibles sur l’album « Warm Canto ». Avec Eric Perez et Pierre Tereygeol, la chanteuse explore de nouveaux espaces. Loin des formats habituels, souvent sans les mots, le souffle se fait son, invente un imaginaire poétique et dessine les contours d’un univers sans limites.

lire plus
« Música Sin Fin », premier album solo de Mario Stantchev

« Música Sin Fin », premier album solo de Mario Stantchev

Sorti le 19 avril 2019, « Música Sin Fin » est le premier album solo de Mario Stantchev. Des douze compositions originales du pianiste se dégagent une infinie sensibilité, une superbe maîtrise du clavier et une absolue sérénité. Dans une approche dynamique, Mario Stantchev invite toutes ses influences musicales auxquelles il associe silence, lyrisme, romantisme, fougue et un rien de mélancolie. A écouter sans fin.

lire plus
Mario Stantchev – « Mini Mémo »

Mario Stantchev – « Mini Mémo »

De la Bulgarie à la France, la carrière du pianiste Mario Stantchev se distingue par son intensité et ses développements variés. A l’origine de la création du Conservatoire National de Région de Lyon, il a partagé sa vie entre pédagogie et concerts. Avide de rencontres humaines, doté de curiosité et d’une grande ouverture d’esprit, il a ouvert sa musique à de nombreuses esthétiques. Une vie musicale diversifiée entre classique et jazz avec des escapades du côté des musiques contemporaine et ethnique.

lire plus
Share This